Cette vidéo illustre le stage Ecrire un journal de bord, rédiger son carnet de voyage
Cela me fut demandé souvent après la vidéo : voici des extraits de textes de mon carnet de voyage en Thaïlande. Bonne lecture ! :)
Martin BOHN

p.46 Je l’ai baptisé merle d’Asie. Avec sa gueule de mainate, il vole un bout d’œuf que je lui tends du bout des doigts. Son chant varié me plaît, harmonieux, parfois drôle. C’est mon ami en Thaïlande. Il est partout. Dans les arbres, sur la route, la plage, devant les maisons, en pleine ville et même en cage dans les magasins. C’est là qu’il porte le mieux son vrai nom : acridotheres tristis, martin triste.

p.48 La montagne tombe dans une baie sublime noyée de brume. La mer s’étale, embrassée par la forêt. Pour arriver là, j’ai suivi une piste défoncée. La petite moto avait parfois du mal à grimper le chemin labouré d’ornières. Mais du sommet, le paysage offre un camaïeu de verts à l’infini.

p.50 Le soleil agonise. Il embrase la mer d’une flaque orange. Son sang brillant inonde le ciel derrière les nuages de plomb. Lente hémorragie solaire dans le miroir liquide. Il s’y noie bientôt.
Le cortège épars des marcheurs rend son hommage du soir au trépas d’Hélios. Ombres grises, marionnettes sans visage reflétant leurs silhouettes tremblantes sur un sable gorgé d’eau. L’air fraîchit. J’ai presque froid.

 

p.52 Lampions du Premier de l’an.
Face à la mer. Baie de Koh Tao calme et limpide. Sur ce ponton surplombant les vagues, je passe des jours entiers, seul et heureux. J’empile deux matelas pour dossier. Sur la table basse, un thé vert, un riz frit aux légumes, un œuf sur le plat. Mon carnet de voyage, mes stylos, mon téléphone et ses photos.
Ici, je nourris mon regard de beauté, j’emplis mon esprit de calme et mon carnet de dessins.

p.68 Le nouvel An sur la plage thaïlandaise de Sairee beach m’a offert des moments d’intense poésie. La foule a inondé le ciel de lampions. Ces grands cylindres de papier se tiennent avec soin, le temps que le combustible s’enflamme à la base et emplisse le ballon d’air chaud. Alors, c’est le moment critique et émouvant : lâcher son ballon de lumière dans la nuit noire. Libéré trop tôt, il chute. S’aplatit sur le sable et brûle. S’abîme en mer et s’éteint. Mais l’immense majorité agit avec prudence et ne lâche qu’à coup sûr, quand le lampion cherche à monter.
J’ai vu un lampion s’élever doucement en prenant le large puis descendre vers les flots. Dans sa pente pour se noyer, les clameurs de dépit et d’encouragement se mélangeaient. Le courage a gagné au dernier moment, la bougie au ras de l’eau. Le lampion est revenu en vol horizontal puis a décidé de monter. Victoire, clameur et applaudissements dans la foule enthousiaste des milliers de fêtards ! Le lampion a rejoint la myriade de lumières en transhumance vers les étoiles. Des cohortes de flammèches orange glissent dans la nuit d’encre et montent vers l’éternité.
Parfois, un lampion vient mourir derrière un arbre et renaît aussitôt. Ce soir, nous avons donné à manger à la Voie lactée. En caressant le ciel de flammes éphémères, la foule a levé dans la nuit des yeux d’enfant, perdu dans un rêve sans lune. Cette nuit du Premier de l’an, le ciel nous offre 365 pages où l’inspiration peut composer au gré de l’imaginaire. Et si nous savons enflammer nos bulles d’air, notre création saura grimper vers les étoiles.

 

Le 11 juillet 2013 par Martin | Catégorie : 03 ECRITURE AFFINEE, 05 FORMATION, Journal de bord, carnet de voyage, littéraire, poésie, sensible, vidéo | Aucun commentaire

Par Martin BOHN

Quinze ans pour oser publier ce texte. Mon éthique est en ligne. En 2mots : plus humain.

C’est fait. J’ai osé publier l’éthique de mon travail pour la première fois depuis 15 ans. Curieusement, cette dimension supérieure de mes formations m’inspirait la pudeur. Je n’osais pas aborder spontanément ces principes qui structurent ma carrière. Pas à l’écrit. Pas sur internet. Osons le mot, j’avais peur.

Et le déclic s’est produit soudain. Comme un fruit mûr prêt à tomber, j’ai rédigé d’une traite, relu, corrigé, relu mille fois, fait relire. Bref, en 24 heures, la page était en ligne.

Pourquoi je n’osais pas en parler plus tôt ? Quelles craintes retenaient ma plume, moi qui enseigne justement à la libérer ? Je craignais d’être jugé sur l’intime, domaine éminemment sensible. La crainte de voir sali le domaine le plus pur de mon travail, celui des valeurs. Champ de neige immaculé.

Publier cette éthique a une fonction : personnaliser mon site, humaniser la relation avec le stagiaire et finalement, pratiquer ce que je conseille en stage. Nous avons besoin de réchauffer ce média froid, le web n’est pas assez humain.

Alors je me suis mis à nu dans cette approche. Au moment de cliquer sur le bouton « publier », mon cœur tapait. J’ai ouvert les rideaux sur mon espace intérieur. Puis les commentaires des proches m’ont encouragé. Allez savoir, c’est peut-être le premier texte d’une longue liste.

Le 13 avril 2012 par Martin | Catégorie : 03 ECRITURE AFFINEE, 05 FORMATION, 07 PEDAGOGIE, décryptage, écrire sur internet, formation | Aucun commentaire

Exercice d’écriture en 1 heure : billet d’humeur ironique

L’ubuesque président ukrainien Alexander Lukaschenko est très frileux : un sein en hiver et le délicat potentat tremble. Alors, il échauffe la manifestante dépoilée. Il lui tondrait même la tignasse, disent les trois frivoles frictionnées lundi : elles ont osé déployer gorge et poumons au siège du KGB à Minsk. Mais Lukaschenko, fort émotif, craint la douceur mammaire. Sus au lolo nu ! crieraient ses poulets. Raides dans leur policière autorité, ils raflent les poules. Après 300 km en bétaillère, elles sont lâchées en forêt, déplumées du poitrail. Avec sévices offerts par la maison. Une coupe de cheveux notamment et friction du corps à l’essence. C’est gentil tout plein : il gèle à pierre fendre dans le décembre ukrainien.
Martin

Ukrainiens lolos

Notes de titre :
Manifestantes aux seins glacés pour le givré Lukaschenko
Le lolo qui fait trembler le petit Lukaschenko
Face aux lolos  givrés, coup de chaud pour Lukaschenko
Le 23 décembre 2011 par Martin | Catégorie : 02 ECRITURE PRO, 03 ECRITURE AFFINEE, 05 FORMATION, billet d'humeur, écrit web, journalisme, langage, vidéo | Aucun commentaire

Par Martin BOHN

Ce courrier du condamné à mort Troy Davis m’a ému par sa profondeur. Il illustre ce que j’enseigne à bien des publics : La puissance d’un texte vient de la fidélité à votre parole intérieure. Celle de Troy Davis est puissante. Elle mérite d’être diffusée.


Ce noir américain a rédigé cette lettre en 2008, texte publié dix jours avant d’être tué sur décision judiciaire, jeudi 22 septembre à 5h08 (heure française). La « justice » états-unienne l’accusait d’avoir tué un policier blanc, crime qu’il a toujours nié. Ses derniers mots ont été pour la famille de ce policier, Marc MacPhail : « Je n’ai pas personnellement tué votre fils, votre père et votre frère. Je suis innocent. »
Les nombreuses péripéties judiciaires faisaient douter de sa culpabilité : aucune arme, aucune trace, sept témoins qui se sont rétractés en expliquant les pressions de la police pour les faire accuser Troy.

Troy Davis a appelé à poursuivre l’enquête pour qu’éclate un jour la vérité. Son avocat a dénoncé un « lynchage légalisé ».

Voici ma traduction du courrier de Troy Davis :

« Je veux remercier chacun de vous pour vos efforts à servir les droits de l’homme et la bonté humaine. Ces dernières années, j’ai vécu tant d’émotion, de joie, de tristesse sans jamais perdre espoir. C’est grâce à vous tous que je vis aujourd’hui. Je regarde ma sœur Martina,  et je m’émerveille de son amour pour moi et bien sûr je m’inquiète pour elle et sa santé. Mais elle est mon aînée et m’assure qu’elle n’abandonnera jamais son combat pour me sauver la vie et prouver mon innocence dans ce crime affreux.

Je sens votre chaleur

Quand je lis vos mails du monde entier, d’endroits que je n’avais jamais imaginé connaître jusqu’alors, de personnes aux langues, cultures et religions dont je peux seulement espérer voir la main tendue, je suis submergé d’une émotion qui m’emplit le cœur d’une joie débordante, à couper le souffle. Je ne trouve pas les mots pour dire la force que je reçois de vous tous. Elle solidifie ma foi et me montre sans cesse qu’il ne s’agit pas seulement d’une condamnation à mort, ni du cas Troy Davis : il s’agit d’une affaire de justice et d’esprit humain afin que triomphe la vraie Justice. Je ne peux pas répondre à toutes vos lettres, mais je les lis toutes. Je ne peux tous vous voir mais je peux imaginer vos visages. Je ne peux vous entendre parler mais vos lettres m’emportent aux confins du monde. Je ne peux pas vous toucher physiquement mais je sens votre chaleur chaque jour que je vis.

Je suis libre !

Alors merci, et rappelez-vous que je suis dans un lieu où l’exécution peut seulement détruire votre forme physique. Mais grâce à ma foi en Dieu, à ma famille et à vous tous, j’ai été libéré spirituellement. Peu importe ce qu’il advient dans les jours ou semaines prochaines. Ce mouvement pour abolir la peine de mort, obtenir une vraie justice, dénoncer ce système qui ne sait pas protéger l’innocent, doit être accéléré. Il y a tellement de Troy Davis ! Ce combat pour abolir la peine de mort ne sera pas gagné ou perdu par moi, mais par notre force à nous mobiliser et sauver chaque innocent en captivité autour du globe. Nous devons démanteler ce système injuste ville par ville, État par État, pays par pays. Je suis impatient de me tenir devant vous, peu importe que ce soit physiquement ou spirituellement, car un jour j’annoncerai : « Je suis Troy Davis et je suis libre ! »

Ne cessez jamais de combattre pour la justice et nous gagnerons ! »

Le 22 septembre 2011 par | Catégorie : 05 FORMATION, 06 INFO, décryptage, journalisme, sensible | 2 Commentaires

Quand un texte professionnel comporte des fautes de français, certains lecteurs le remarquent. Selon le type de faute, elle sera plus ou moins visible. Sur l’exemple du beau site de motos italiennes Ducati, c’est flagrant et franchement regrettable. D’autant que la marque fait dans le haut de gamme sportif, la moto de passionné, plutôt luxueuse.

Mais là, Ducati fait très fort sur son site. « ADJOINTER UNE MOTOS » (sic), propose le comparateur de modèles, tout en spécifiant ensuite un « chassis » en rouge, sans chapeau chinois. Le soleil a tapé trop fort à Bologne.
Le problème n’est pas une étourderie de webmestre ou de relecture dans l’agence web. C’est le niveau général d’écriture du site, indigne d’une marque haut de gamme par la qualité et le prix de ses produits. Pour les néophytes, Ducati est à la moto ce qu’est Ferrari à l’automobile.

(Lire la suite…)

Le 15 août 2010 par | Catégorie : 02 ECRITURE PRO, analyse web, écrire sur internet, écrit web, médias, réécrire | Aucun commentaire

Vous souhaitez reproduire une des mes œuvres ? Voici la marche à suivre.

Lorsque je diffuse un texte, un dessin ou une photo sur mon site internet, se pose automatiquement la question du droit d’auteur. Chaque internaute peut me piquer le travail diffusé sans payer un sou. En langage juridique, nous dirons qu’il tire profit sans contrepartie de mon “œuvre de l’esprit”. Eh bien le dessinateur Martin Vidberg propose une démarche exemplaire sur son blog de « l’actu en patates ». Nous avons au plan juridique la même démarche. A quoi il ajoute d’autres qualités : un talent graphique qui a la frite, un humour certain et un chouette prénom. Voici donc ce que je peux répondre aux questions que vous me poserez par email pour reproduire une œuvre du site (texte, photo ou dessin) :

Les œuvres sur ce site sont visibles gratuitement mais ne sont pas pour autant libres de droits.
Je fais néanmoins quelques distinctions à cette règle générale :

Pour une école : Vous voulez utiliser un de mes textes en classe ? J’autorise gratuitement la reproduction de mes œuvres pour un usage pédagogique. J’apprécie un compte-rendu ensuite de la démarche et de l’intérêt pédagogique, ainsi que des réactions des enfants. Comme j’aime les enfants et la pédagogie, ce type de demandes me fait grand plaisir. Considérez mon accord pour acquis. Sauf si vous enseignez à HEC, veuillez m’adresser au préalable le contact de votre chef comptable ou le modèle Aston Martin proposé.

Pour un particulier : Vous êtes libre de reproduire ou d’imprimer mes œuvres pour un usage personnel. J’apprécie l’usage des monnaies libres ou les bonnes confitures. Attention : la diffusion sur internet d’une œuvre n’est pas un usage personnel (voir ci-dessous).

Pour un site internet, un blog, un forum : Je ne vois pas d’objection à ce que vous reproduisiez une de mes œuvres sur votre site amateur non engagé politiquement ni idéologiquement, à condition que mon nom et 2mots soient mentionnés.

Néanmoins, cette autorisation ponctuelle ne remplace pas la règle générale : mes œuvres ne sont pas libres de droits. L’utilisation régulière de mes œuvres sur tout site internet est interdite. De même, l’utilisation gratuite sur un site commercial, professionnel ou lucratif est interdite. En cas de doute, demandez-moi par mail.

Pour une publication : si vous souhaitez imprimer un texte, merci de me contacter. Il m’arrive exceptionnellement d’accepter une reproduction gratuite pour certaines associations en fonction de la publication. Habituellement, c’est rémunéré.

Le 5 août 2010 par | Catégorie : 06 INFO, analyse web, écrire sur internet, écrit web, médias | Aucun commentaire

Cette magnifique campagne de prévention routière britannique illustre la puissance de la vidéo. Dans la gestion des émotions, le jeu des acteurs, et toute la dimension du discours en suspens. Elle illustre la complémentarité intime de l’écriture textuelle, pour le référencement notamment, et de la vidéo sur internet. Mais surtout, elle touche par la simplicité du message où priment les deux dimensions qui manquent dans les communications professionnelles : le corps et le cœur. Quel texte vous provoque autant d’émotion en moins de deux minutes ?

Cette campagne « embrassez la vie, mettez votre ceinture de sécurité » connaît un joli succès internet depuis sa diffusion le 29 janvier 2010.

Le 29 avril 2010 par | Catégorie : écrire sur internet, écrit web, vidéo | Aucun commentaire

Pour convertir les jeunes à l’étude de la langue française, l’humour reste un bon moyen. « C’est pas ce que vous croivez », un film « bientôt voyable au cinéma, avec plus de 500 fautes de conjugaison en deux heures ». ;)

Qu’en disez-vous? Et si vous croivez que c’est pour golri, que nenni, souffrez cette petite flânerie… Chers amis amoureux de la langue française et collègues pédagogues, vous avez du choix sur facebook. Observons la population kikoolol qui s’insurge Contre les meufs qui croivent que les leggings sont des pantalons ou Contre les meufs qui se croivent Fraiche ! ou encore contre les meufs ki se croivent belle mais qui sont des boudins.  Certes, les meuf kisicroiv n’ont pas le monopole. On peut aussi lutter Contre les surveillants qui se croivent supérieurs, ou Contre les mecs qui ce croivent indispensable. Avec tout ça, les jeunes ont énervé  Babette, qui en a Marre de ceux qui disent : » ils voyient « , « ils croivent » !

Pourtant, certains jouent les incurables, c’est incroivable. A en perdre la foi. Si vous voulez qu’on les lapide à coups de Bescherelle, taP 1.

Le 23 mars 2010 par | Catégorie : 01 BASES D'ECRITURE, écrire sur internet, vidéo | Aucun commentaire

On constate l’amour désintéressé dont font preuve les politiques en offrant un vaccin aux sans-abri et aux personnes âgées. C’en est tellement émouvant d’intelligence et de générosité… On peut donc supposer que Samson a percé en ce dessin l’immense altruisme du monde politique, qui déborde l’humain pour s’étendre jusqu’aux plus humbles bêtes.

Le 3 janvier 2010 par | Catégorie : décryptage | Aucun commentaire

La plus grande escroquerie de toute l’histoire de l’humanité. Pas un mot dans les médias officiels. Une hiérarchie de l’information coupée de toute règle journalistique et humaine.

Par M.B.

Une des règles de base du journalisme réside en la hiérarchie de l’information: diffuser en premier le plus important, pour son public à une date donnée. Vous allez voir que les médias officiels appliquent d’autres règles quand il s’agit du plus grand casse de l’histoire humaine…

Si le public, c’est vous, demandez-vous ce qui est le plus important dans votre vie. Et ensuite, si la presse que vous consommez correspond à votre hiérarchie intérieure. Pour ma part, le plus important dans la vie, c’est l’amour. En conséquence de quoi, je ne suis pas un lecteur assidu du Monde, qui fait assez rarement sa une sur l’amour.

Adoptons maintenant un autre ordre des choses, une hiérarchie matérialiste. Priorité à la politique et l’argent. Le Monde s’y intéresse bien davantage, ainsi qu’aux questions sociales, essentiellement ramenées à l’argent. Par exemple, aujourd’hui:

Une étude décrypte le « déclassement social » en France. Ce rapport a été remis jeudi 9 juillet 2009 à la secrétaire d’Etat chargée de la prospective et du développement de l’économie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet…

Comme ce genre d’écriture universitaire, sans aucun angle journalistique ni talent d’écriture, accélère mon transit intestinal, je me livre à quelques pérégrinations internet au gré de mes centres d’intérêt.

Et finis par dénicher une vidéo américaine présentant l’information suivante:

9700 milliards de dollars américains « égarés » par la Réserve Fédérale (FED).

La vidéo du 5 mai 2009 oppose le congressman Alain Grayson à l’Inspectrice générale de la FED, Elisabeth Coleman.

Monsieur demande à Madame où sont passés les 9700 milliards de dollars et qui a bénéficié de cet argent. Madame ne répond pas, bafouille des idioties brumeuses, très gênée, presque terrifiée, parfois aidée par une assistante penchée à son oreille.
De son côté, la presse nationale française ne bafouille pas, elle reste muette. Zéro question. Une telle somme américaine, Le Monde s’en fiche: $9.700.000.000.000 évaporés sous nos yeux ébahis…

Complot financier mondial

Maintenant que vous avez lu ces lignes et regardé la vidéo, oserez-vous un jour encore dans votre vie utiliser sans rougir de honte, l’expression « théorie du complot » ? Cette escroquerie délirante ne semble pas mériter une brève dans un média national. N’aurait-elle aucun lien avec tout ce qui se produit sur Terre depuis dix ans? Je crois que j’avais raison de me méfier de la famille Bush, et de sa version de la démolition des trois tours du Word trade center, et de ses financiers, et de ses copains assassins. Et de la presse qu’ils contrôlent et ne s’indigne pas des génocides qu’ils perpétuent pour le pétrole et le pouvoir (Irak, 700.000 morts, Afghanistan, je n’ai pas de chiffre). On évite d’y écrire avec un angle journalistique, on oublie la prospective socio-économique intelligente, on y interdit l’enquête indépendante.

J’explique depuis des années la mutation économique qui s’annonce, et les discours tenus par certains pouvoirs. Ca n’est pas une crise, c’est un mouvement financier mondial prévu, orchestré en secret par des puissants de l’ombre. Leur but et leur stratégie concernent la population mondiale mais restent cachés. Sauf aux personnes qui ont suffisamment étudié les symptômes de ces malades du pouvoir, plus puissants qu’aucun empire de l’histoire humaine. Pensez à ce pactole, subtilisé par ceux qui dirigent l’instauration d’un nouvel ordre mondial.

Déontologie

Chaque journaliste qui entend cette histoire et ne se renseigne pas, démissionne de sa mission déontologique. Chaque journaliste qui obtient des bribes d’informations et ne les diffuse pas, choisit d’obéir à la pédagogie de la peur installée dans notre société dès l’école. Il soumet son esprit à son estomac, vend son silence contre sa pitance. Cela me rappelle les tristes heures de la collaboration en France. Les collabos ont fait des petits.

Allez savoir pourquoi, j’ai l’intuition que ce petit homo sapiens si sympathique et expert (par atavisme) en détournement d’argent sait où est passé le magot géant:

Compte-rendu de l’entretien entre Alain Grayson à l’Inspectrice générale de la FED, Elisabeth Coleman (repris depuis ce site). (Lire la suite…)

Le 9 juillet 2009 par Martin | Catégorie : 05 FORMATION, 06 INFO, décryptage, journalisme, littéraire, médias, vidéo | Aucun commentaire

Un incendie a détruit plusieurs scooters et motos devant le 35, rue du Louvre à Paris le 21 juin 2009. Des restes de carcasses de deux roues jonchent la chaussée calcinée sur cinq mètres. Les vitres du rez-de-chaussée du Centre de formation professionnelle des journalistes (CFPJ) ont explosé sous la chaleur. Les véhicules brûlaient devant l’entrée de l’école. La hauteur des flammes illustre la puissance du feu, dont la fumée a noirci la façade jusqu’au 7e étage.

La police soupçonne un acte pyromane, comme il s’en est produit ailleurs dans Paris ce même jour de la fête de la Musique.


Le 26 juin 2009 par Martin | Catégorie : 06 INFO, vidéo | Aucun commentaire

Pour illustrer mon cours sur la lisibilité, les registres de vocabulaire, le mot juste… Tout y est condensé. Du jargon au sigle, en passant par la manière de naviguer parmi les champs lexicaux. Voilà l’enjeu, talentueusement démontré par Les Inconnus :

Le 11 juin 2009 par | Catégorie : définir, vidéo | 3 Commentaires

Par M.B.

«Puisqu’il semble que tout cœur qui bat pour la liberté n’a droit qu’à un peu de plomb, j’en réclame une part, moi ! [...] Si vous n’êtes pas des lâches, tuez-moi!» Louise MICHEL à ses juges.

De toutes les stations de métro parisien, une seule porte un nom de femme : Louise MICHEL, en la commune de Levallois-Perret, où l’écrivaine fut enterrée lors de funérailles qui ont rassemblé 120.000 personnes… J’ai été ébloui par la justesse de ses description du peuple canaque, lorsque je vivais à Nouméa. Rappelons que Louise MICHEL est avant tout une poète, en plus d’avoir été si populaire auprès du peuple, mais aussi par de noms illustres comme Georges Clemenceau ou Victor Hugo.
(Lire la suite…)

Le 30 mai 2009 par Martin | Catégorie : 03 ECRITURE AFFINEE, 06 INFO, littéraire, poésie, sensible | Aucun commentaire

Il devient obligatoire, pour les sites web d’administrations publiques, de se rendre accessibles aux handicapés. La loi «Handicap» du 11/02/2005 vient de recevoir son décret d’application. Les sites doivent s’adapter aux non -voyants, malvoyants et malentendants. Les modalités de contrôle et de conformité sont très bien expliquées sur le site pétitionnaire www.web-pour-tous.org :

  • Lorsqu’un site respecte les règles d’accessibilité, Michel, handicapé moteur, peut naviguer sur les pages sans jamais utiliser de souris, avec le clavier traditionnel ou un dispositif adapté.
  • Lorsqu’un site respecte les règles d’accessibilité, Julien, aveugle, peut écouter le contenu de chaque page lue par son navigateur vocal, et naviguer à l’aide des indications données par celui-ci.
  • Lorsqu’un site respecte les règles d’accessibilité, Papi et Mamie ne sont pas gênés par la taille des textes, ils peuvent utiliser la fonction de « grossissement des textes » de leur navigateur.

C’est beaucoup plus agréable à lire que la loi. Voyez vous-mêmes, si vous avez peine à trouver le sommeil:

Art.1 «Un référentiel d’accessibilité fixe, pour l’Etat, les collectivités territoriales et les établissements publics qui en dépendent, les règles techniques, sémantiques, organisationnelles et d’ergonomie que doivent respecter leurs services de communication publique en ligne afin d’assurer aux personnes handicapées la réception et la compréhension de tout type d’information diffusée sous forme numérique, de leur permettre d’utiliser ces services et, le cas échéant, d’interagir avec ces derniers.
Ce référentiel s’applique aux différents types de handicap et aux différentes technologies mises en œuvre par les services de communication publique en ligne, en particulier l’internet, le téléphone et la télévision.»

art.3 «Les services de communication publique en ligne des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent doivent être mis en conformité avec le référentiel d’accessibilité mentionné à l’article 1er du présent décret dans un délai de trois ans à compter de la publication du présent décret. Ce délai est réduit à deux ans pour les services de communication publique en ligne de l’Etat et des établissements publics qui en dépendent.»

Je crois que vous venez de survoler le paragraphe ci-dessus. Si vous souffrez du handicap de la fainéantise, un site est faire pour ça.

Et enfin, si vous voulez tester votre propre regard sur les handicaps, lisez cet excellent papier avec des photos puissantes de Michel Bony.

Une campagne non diffusée, sur le handicap

Une campagne non diffusée, sur le handicap

Le 27 mai 2009 par Martin | Catégorie : 02 ECRITURE PRO, 05 FORMATION, 06 INFO, écrire sur internet, écrit web, médias | Aucun commentaire

Parfois, la philosophie s’invite sans crier gare, en plein quotidien. Et, donc, même dans ce blog. La preuve: Dans un des lieux les plus sacrés de notre système social, le tribunal, se prononce quotidiennement un mensonge ridicule. Chaque témoin appelé à la barre est prié de jurer qu’il va «dire la vérité, rien que la vérité, toute la vérité». Sans rire.

La vérité sortant du puits, et toute nue cest plus joli

La Vérité sortant du puits. Peinture d'Edouard Debat-Ponsan, musée de l'Hôtel de ville d'Amboise ©Ville d’Amboise

«Dire la vérité…» Cette formule est un mensonge. J’ai tendance à répondre comme Ponce Pilate : Qu’est-ce que la vérité? Notez que le livre (la Bible) qui relate cet échange avec Yeshua (en français, Jésus) ne donne pas la réponse de ce juif traduit en justice pour blasphème. En même temps, on n’allait pas demander un ouvrage de philo à l’auteur de cette compil’ biblique, l’empereur Constantin le Grand, au premier concile de Nicée, qui a fait des choses pas jolies jolies avec les dogmes et les enseignements. Grand par ses magouilles politiques, le Constantin, c’est sûr. Mais philosophe, on peut en douter. Nos politiques actuels n’avaient rien à envier à leurs modèles antiques. C’est ballot, la réponse du Nazaréen m’aurait intéressé. En philo, on entend souvent cette définition: La vérité est une relation fidèle de la réalité. Vous comprenez que le petit héraut du journalisme se balade tout près…

Bref, revenons à notre formule judiciaire. «Dire toute la vérité…» Je vous vois d’ici glousser en vous trémoussant devant le ridicule de cette prétention. Qui saurait dire toute la vérité? Allons, quelle que soit l’affaire, chacun l’observe de son point de vue. J’aime schématiser la vérité en forme de sphère, dont chacun connaîtrait un point. Un peu comme notre regard sur Terre avant de voyager.

Il me semble que la formule judiciaire serait plus juste, et moins ridicule, sous la forme suivante:

Je jure de dire honnêtement et sans travestir mon souvenir toute information dont j’ai connaissance sur l’affaire. Ca sera déjà pas mal, et je ne vais pas me la péter en prétendant connaître la Vérité.

Et c’est là que se pose la question suivante (les questions avec moi, ça n’arrête pas, vous êtes prévenus): c’est quoi, une information?

Là, on tombe dans les questions de journalisme essentiel, pile poil ce que j’enseigne. Le juridisme a beau être un art et un jargon professionnel,  il gagne parfois à écouter les humbles petits métiers qui le fréquentent et aiment également la rigueur du mot juste.

Le 25 mai 2009 par Martin | Catégorie : 03 ECRITURE AFFINEE, décryptage, langage, sensible | Aucun commentaire

Par M.B.

Ils écrivent l’histoire, mais certains discours vieillissent, et d’autres pas. Voici la force des grands êtres : la justesse de leur regard.

(Lire la suite…)

Le 8 mai 2009 par Martin | Catégorie : vidéo | Aucun commentaire

Cette interview vidéo du linguiste Claude HAGEGE est intéressante à plusieurs titres. Il rappelle la belle place mondiale de la langue française, qui vient juste après l’anglais par son rayonnement international. Et puis, deux remarques pour introduire cette vidéo : elle révèle la dimension mécanique des questions préparées dans les médias audiovisuels, car l’improvisation est difficile en direct, sous la tension nerveuse du plateau. Du coup ressort, à l’opposé du discours contrôlé de la journaliste, le naturel de l’interviewé sur un sujet qu’il maîtrise. Cela se traduit par la répétition ridicule de la présentatrice Marie Drucker, malgré son expérience professionnelle. Elle a un geste spontané – donc intéressant – qui engendre à lui seul le succès de cette vidéo sur Youtube.
Un moment de vérité à la télévision, et c’est le buzz.

Le 14 avril 2009 par Martin | Catégorie : 02 ECRITURE PRO, 06 INFO, journalisme | Aucun commentaire

Par Martin BOHN

La phrase est assassine. «Messieurs, écrivez emmerdant!» ordonnait le fondateur du quotidien Le Monde, Hubert Beuve-Méry, à ses journalistes. Il n’avait rien inventé.

Cet affront au plaisir de lire remonte au XIXe siècle. Ainsi, Adrien Hébrard donne pour consigne à ses rédacteurs du Temps : «Surtout, faites chiant». Heureusement, le métier évolue. Au début du XXe siècle, le journalisme français se libère, doucement, de cette injonction. Le style s’inspire désormais de Léon Bailly qui répète aux reporters de L’Intransigeant : « Étonnez le lecteur ! » Et l’Illustration découvre la couleur. Tout le métier évolue, en matière de style, phrases plus courtes, pensée moins universitaire et plus proche du lectorat. La presse devient plus réaliste et lisible. Sauf Le Monde, héritier du Temps.

Signe d’une époque où, pour se vendre, le journalisme sérieux doit porter cravate, verbe pompeux et récit roboratif. Et puis les lecteurs font valoir leurs droits. Ils boudent la presse du costume trois pièces. Celle qui, gonflée de son importance d’être feuilletée dans les ministères et universités, flatte l’ego, affiche une appartenance sociale, évoque une caution morale, illusoire estime. Plume de chef indien. Toque de cuisinier. Cocarde au pare-brise de parlementaire. Poitrine gonflée du gorille.

Adrien Hébrard, patron du Temps

Le lecteur de la presse emmerdante en joue. Il laisse négligemment traîner l’exemplaire du Monde sur la table. La têtière doit dépasser de l’attaché-case dans le train. La lecture de tel article est rappelée l’air de rien au détour d’une conversation: «Je lisais ce matin dans un article du Monde…» La presse chiante ne se jette pas trop vite. Elle doit être lue un peu, avant d’être jetée, le temps de se plonger dans l’article de ce nom illustre, tant il est vrai qu’elle concentre certains talents journalistiques. N’est-elle pas une référence? Cette aristocratie d’écriture ne résiste plus à la réalité économique, ni sociale, ni même journalistique. Car le théâtre politico-économique mondial continue de faire monter la tension, abat son dernier jeu, à la limite de faire monter sur scène les maîtres de l’ombre avant le rideau final. Mais l’heure n’a pas sonné. L’écriture spontanée ne peut pas encore prendre le pouvoir dans les médias officiels.
Ainsi, les journalistes du Monde, grands analystes de l’économie pourtant, n’auraient pas le droit d’expliquer les manipulations bancaires préalables au krach boursier. Qui oserait publier que le dollar est une monnaie privée depuis 1913? Qui oserait relayer les informations sérieuses et néanmoins populaires, qui dénoncent les innombrables complots politiques, économiques, financiers… dont nous voyons mondialement les traces affreuses jusque dans les vies de gens honnêtes. Le Monde et Libération sont devenus, par l’actionnariat, journaux de banques qui tuent l’économie et asservissent l’humain tout autour du monde, fabricant un système d’esclavage mondial avec 8 millions de morts de faim chaque année. Le Figaro appartient à un marchand d’armes. L’essentiel des médias français appartiennent à Dassault ou Lagardère. Marchands de mort. Au fur et à mesure que les populations prennent conscience des magouilles, malgré les efforts des puissants, cette presse emmerdante s’avère d’un ennui mortel. Elle en crève.

Le 28 mars 2009 par Martin | Catégorie : décryptage, journalisme, médias | 4 Commentaires